Remettre à plus tard ~ Solution: choisir au lieu de fuir

Le 2e type du Stress-Personnalité-Modèle – Tout remettre à plus tard – sévit dans nos
vies et chez notre entourage.

« Un jour vous vous réveillerez et il n’y aura plus de temps pour faire les choses que vous aviez toujours voulu faire. Faites-les maintenant ». Paulo Coelho

À force de tout remettre à plus tard la vie passe et nous ne réalisons pas nos rêves.

Oui, mais si faire les choses maintenant augmentait trop l’inconfort et l’anxiété?
Alors, notre réflexe serait de vouloir éviter cette sensation désagréable et de contourner la situation en se disant:

  • « Je vais le faire demain, ce sera toujours le temps »
  • « Je vais commencer par ce qui me tente et ensuite je ferai ce qui m’ennuie »
  • « Je m’occuperai de mon couple quand les enfants seront plus grands »
  • « Je me reposerai quand j’aurai terminé TOUT ce que j’ai à faire « 
  • « Je ferai ce projet plus tard, quand je serai assez compétente, j’aurai assez d’argent, assez de temps ou à la retraite »

Avez-vous déjà eu ce genre de réflexion et choisi de remettre à plus tard ?

Moi, oui et ça m’arrive encore à chaque fois que le discours du mental réussit à faire pencher la balance.

J’ai réalisé que cela augmente ma « liste des choses à faire » et que le mental s’active au lieu de se calmer –rappel constant de ce qui doit être fait, jugements, critiques – en prenant une dose d’énergie que je devrais utiliser à d’autres fins. Donc, plus de stress accumulé.
Les quelques minutes de soulagement ressenti sur le coup se sont vite envolées.

Très souvent ce qui se cache derrière ce comportement touche une peur et donc un besoin de sécurité. La croyance de prendre soin de soi en éloignant ce qui nous dérange nous fait vivre en réalité plus de « misère ».

Il ne faut pas confondre ici remettre à plus tard et choisir ses priorités sur une liste remplie d’activités à faire. Il est évident que certaines activités seront reportées au lendemain ou même à l’année suivante afin de prioriser et être efficace.

Qu’est-ce qui établit la frontière entre choisir et remettre à plus tard ?

Notre ressenti est le signal à écouter pour faire la différence.

Si j’ai le ventre contracté à l’idée d’accomplir une tâche et que je me dis « je le ferai plus tard » en prenant soin de faire la tâche qui était la plus ennuyante la veille ou que je me perds dans une activité inutile, je suis en train d’appliquer la stratégie de remettre à plus tard pour éviter l’inconfort.

Vous vous reconnaissez?

Pour transformer cette stratégie de gestion du stress qui soulève plus de problèmes que de solutions, je vous propose 3 petits pas faciles et efficaces:

1° petit pas : observer ce qui se passe dans votre corps

Le corps est le meilleur messager de notre mental. Il réagit instantanément à nos discours intérieurs, croyances et projections. Si la tête nous fait des peurs, notre corps réagit automatiquement comme si le danger était réel.

Stratégie : Pour trouver votre indicateur corporel spécifique qui indique que vous utilisez la stratégie de remettre à plus tard: pendant 2 semaines, à chaque fois que vous remettez à plus tard, observez et notez ce qui se passe dans votre corps juste avant la décision.

2° petit pas : observez comment votre mental réagit à ce choix

Stratégie : Dans les jours qui suivent, observez votre discours intérieur. Avez-vous moins ou plus de stress ?

3° petit pas : accueillir

Il ne sert à rien de se battre contre cette stratégie que vous utilisez depuis si longtemps.

Stratégie: quand vous reconnaissez le signal spécifique de votre corps identifié au 1° petit pas, prenez quelques instants, respirez profondément et donnez à l’émotion présente la permission d’exister à l’intérieur de vous.

4° petit pas : apprendre à choisir

Il ne s’agit pas de se lancer tête première dans l’action à chaque fois que nous avons envie de remettre à plus tard. Un temps de recul peut être une excellente stratégie pour reconnaître si l’action est juste pour nous.

Choisir implique parfois de vivre avec des émotions difficiles et d’assumer d’aller dans cette direction car elle servira notre plus haute destination. Remettre à plus tard ne concerne pas uniquement faire la vaisselle ou écrire un rapport.
Parfois, il s’agit de situations cruciales pour notre bien-être. Par exemple, choisir de pardonner maintenant au lieu de dire « plus tard j’y arriverai » ou « quandil sera mort » fera toute la différence sur notre qualité de vie.

Stratégie : je vous propose l’exercice suivant :

  • Identifiez 3 choses que vous aviez remises à plus tard
  • Définissez le niveau de priorité de chacune
  • Choisissez la plus urgente et observez votre ressenti dans votre corps, * Laissez cette émotion traverser votre corps sans la retenir ou la fuir
  • Posez la question suivante : qu’est-ce que je veux éviter de ressentir ou de vivre en remettant cette action à plus tard ?
  • Accueillez vos émotions : respirez doucement et dites « j’accueille …(nommer l’émotion)……
    * Laissez de la place à l’émotion dans votre corps, laissez cette émotion traverser votre corps sans la retenir ou la fuir
  • Demandez-vous :
    • quel sera mon bénéfice à choisir de faire cette action dans ………….. ?
      (établir un échéancier réaliste)
    • quels seront les coûts de remettre à plus tard ?
  • Maintenant, faites votre choix et agissez en fonction de celui-ci

Je vous suggère d’observer l’impact de faire un petit changement à ce niveau.

Votre énergie est-elle mieux utilisée ?
Avez-vous l’impression d’avoir plus de maîtrise sur votre vie ?
Êtes-vous fière de vous ?

Dernier point : Êtes-vous accroc à l’adrénaline ?

La décharge d’adrénaline, que nous recevons quand nous agissons sous pression, amène plus de clarté d’esprit, de rapidité d’exécution, de capacité d’attention. Pour certaines personnes ce phénomène crée de la dépendance et la personne s’exprime en disant « Je travaille mieux sous pression ». C’est véridique, mais à quel prix pour le
corps quand cela se reproduit à répétition.

Êtes-vous prête à devenir un nouveau type 2 et dire « Je sais quand prendre du recul et laisser le temps au temps et quand choisir d’agir maintenant »

À votre semaine active et consciente

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>