Pour sortir du labyrinthe des conflits, trois questions à se poser

Labyrinth Quelle est la force des esprits chercheurs ? Ils trouvent les réponses.

Êtes-vous une femme curieuse qui pose des questions, qui lit les potins, qui connaît la vie de  ses amis(es) ?

Êtes-vous curieuse de savoir comment les choses et les gens fonctionnent ?

Perdez-vous toute cette curiosité quand vous êtes dans un conflit, car vous êtes certaine d’avoir la vérité ?

Si oui, vous auriez intérêt à apprendre une nouvelle expression : Eh bien ! Humm ?

Mots magiques à dire, oui magiques, même si ça apparaît trop simple pour être vrai.

Comment ça marche ?

Prendre le temps de s’arrêter, prendre une pause en plein conflit peut faire la différence entre la vie ou la mort de votre couple. Ce n’est pas n’importe quelle pause, genre la pause silencieuse qui veut dire ne dit rien de plus, ou la pause les yeux au ciel qui lui signifie à quel point il est immature.

Non, je parle d’une pause mature, qui s’interroge sur les vraies raisons du conflit – non ce n’est pas toujours de sa faute – et surtout qui nous invite à prendre responsabilité du conflit et de la solution.

Voici comment utiliser ces mots magiques :

  1. Eh bien ! Humm ? … De quelle manière, j’ai contribué à ce conflit ?

Pré-requis : reconnaître qu’il faut être 2 dans un conflit et l’intention d’assumer honnêtement ce qui nous revient.

Dans un conflit, il est facile de blâmer l’autre. La réalité, dans une relation, c’est que nous avons affaire à une dynamique.

Ici, on cherche à identifier nos actions, nos réactions, nos paroles qui ont contribué au conflit.

  1. Eh bien ! Humm ? … Est-ce que je peux retrouver un événement similaire?

Votre esprit inquisiteur devra rechercher ici tout ce qui pourrait vous semblez familier dans votre façon de vous sentir dans ce conflit.

Ex : avez-vous peur de ne pas être à la hauteur et tout commentaire est facilement reçu comme une critique.

  1. Eh bien ! Humm ? … Qu’est ce que je peux faire pour créer une solution dans la situation actuelle ?

Il est important de réaliser que la dynamique du conflit peut devenir une habitude difficile à casser. Sans nous en être vraiment rendu compte, nous ne cherchons plus de réelle solution.

À cet étape, nous voulons changer blâmer par créer ensemble une solution.

Changer le réflexe de blâmer demande du temps et de l’empathie envers soi et l’autre.

Rita Payeur, t.s.

Note: Je me suis inspirée de Kate et Gay Hendricks pour vous offrir cette piste à suivre pour sortir du labyrinthe des conflits répétitifs.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>