À la ménopause, il est temps de regarder l’état des lieux

À la ménopause, il est temps de regarder l’état des lieux pour reconnaître si nous avons développer le 4e type de gestion du stress: ventiler ailleurs ou déplacer le problème.

« L’art d’embrasser la pleine catastrophe… apprendre à utiliser les tempêtes de la vie … apprendre l’art de l’accueil… »
* Tiré de « Au cœur de la tourmente, La pleine conscience », du Dr Jon Kabat-Zinn
Voilà des pistes qui nous indiquent des solutions différentes pour gérer notre stress.

Vous savez que les deuils sont parmi les grands stress que nous avons à vivre.
À 42 ans, j’ai vécu le deuil d’une amie et collègue de travail. Nous étions les seules au bureau de Québec pour l’entreprise qui nous engageait. Pendant 3 ½ ans, nous avons partagé notre quotidien.  Elle est décédée suite à un cancer fulgurant, très peu de temps après la naissance de sa fille. Ce fut ma première expérience d’accompagnement en fin de vie. Expérience intense et porteuse d’une multitude d’émotions et de leçons de vie.

Un an et demi plus tard, j’étais sur le bord de l’épuisement professionnel.
Pourquoi ?
Parce que j’avais déplacé le problème.
Pourquoi ?
Pour ne pas toucher toutes les émotions qui risquaient de m’assaillir le matin quand je mettais les pieds au bureau et que je passais devant son bureau vide.

Ma solution de travailler et ne pas avoir un moment de libre au bureau servait, en réalité, à déplacer le  problème.

Devant la fatigue qui s’accumulait ~ je connaissais très bien les signaux ~ j’ai dû prendre du recul et m’interroger sur ce que je vivais. Un matin, en m’assoyant à mon bureau, je me suis mise à pleurer et j’ai compris. J’ai accepté d’entrer au cœur de la tempête et d’accueillir la perte.

Dans ce 4e type de Stress-Personnalité-Modèle, nous pouvons aussi retrouver les personnes qui vivent à 400 milles à l’heure, qui carburent au danger, qui sont toujours en chicane avec quelqu’un, qui se plaignent constamment sans agir vers des solutions.

Les émotions vraiment dérangeantes sont alors tassées. Le danger, ici, est que la solution devient une partie du problème. Plus ce qui a besoin de guérir est tassé, plus le stress s’accumule, plus nous utilisons les stratégies du 4e type et plus nous sommes stressés.

La spirale est lancée, mais c’est une spirale descendante.

Comment inverser le mouvement ?

  • Mettre les freins avec vigueur
  • Choisir si cette vie nous convient
  •  Regarder l’état des lieux intérieurs et autour de nous
  •  Apprendre l’art de l’accueil
  •  Évaluer si nous avons besoin d’aide pour repartir un mouvement ascendant

1e petit pas :

  • Observez vos réactions aux situations difficiles et la façon dont vous prenez
    soin de vos émotions
  • Observez si vous vivez souvent des situations conflictuelles
  • Observez si vous avez plus tendance à vous plaindre d’une situation qu’à chercher
    activement des solutions

2e petit pas :

  • D’ici 24 hrs, prenez 10 minutes de votre temps et demandez-vous si vous voulezcontinuer de vivre ainsi

3e petit pas :

  • Si vous avez choisi que non et que vous êtes prête à vous engager dans un changement, passez aux étapes suivantes

À la ménopause, les émotions prennent souvent le devant de la scène. Cela est déconcertant pour plusieurs d’entre nous.

Apprendre à vivre avec ses émotions est un défi. Il implique de passer de subir ses émotions  ou vouloir les fuir à tout prix, à les intégrer dans notre vie comme une partie essentielle de notre expérience sur la terre.

Le ressenti est notre GPS qui nous maintient sur la route de notre humanité.

Mon mantra, qui m’a soutenue au cours des 20 dernières années, je l’ai retrouvé dans le livre du Dr kabat-Zinn :
« Découvrir de la paix et de l’espoir au cœur de la situation tel qu’elle est »

Je vous le partage en sachant que souvent le des-espoir précède l’espoir.

À votre plein accueil de ce qui est.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <s> <strike> <strong>